The Stone Lantern

Monday, July 17, 2006

Photographie comme haiku (v.f.)

Mon éditeur m’a envoyé un courriel il y a quelques jours signalant une revue de mon livre dans un journal Internet sur la photographie digitale. L’article m’a fasciné parce que c’était en fait un essai sur la photographie comme haïku.

J’ai souvent pensé que le haïku est une sorte de photographie pour les moins riches – après tout, pour produire un haïku on a besoin seulement de papier et de crayon. En plus, les deux se ressemblent en leur objectif de capturer un moment dans le temps.

Il me semble que les deux formes d’art (le haïku et la photographie) doivent aussi faire face à le même défi, soit que le moment capturé n’est pas toujours compris ainsi par le lecteur (ou celui qui regarde la photo.) Autrement dit, j’écris un haïku qui pour moi veut dire une chose mais le haïku est si bref... comment assuré que le lecteur comprend ou sent ce que j’ai senti ?

Dans le monde du haïku, il y a ceux qui ont essayé de répondre à ce défi en ajoutant un contexte (par exemple à travers le haibun ou le haiga) ou un commentaire. L’auteur de la revue que j’ai cité ci-dessus se demande si ceci peut être utile pour la photographie aussi. Hmmm... Je ne pourrais vous dire, surtout puisque je n’ai même pas une caméra. (Je suis de celles qui achètent une caméra jetable puis se demandent pourquoi la photo est si mauvaise.)

Et que dire de haïku comme commentaire à la photographie? Ou la photographie comme commentaire sur le haïku ? Le mois dernier, j’ai vu une exposition de photographies de l’artiste Roberto Kamide, pour lesquelles son fils George a composé des haïkus. Sur l’Internet, vous pouvez trouver un bon nombre de haikistes qui ont choisi de marier leurs haïkus à la photographie. Un de mes sites web favoris pour ceci est Brooks Books haïku.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home